Les chiens essaient toujours de nous comprendre ... Et si on faisait de même ?

Compte rendu "At the heart of the Walk" Oslo 2018

Au coeur de la balade

Étude comportementale avec mesure du rythme cardiaque

Compte rendu de la conférence au Dog Symposium le 3 Mars 2018 à Oslo.

Conférenciers : Cristina et Aurélien Budzinski

Lien original : http://www.dogsymposium.no/reports

Aurélien et Cristina sont des consultants en comportement canin en France. Anciens élèves de Turid Rugaas, ils utilisent leurs connaissances pour aider les propriétaires de chiens à mieux comprendre leurs animaux. Ils ont créé le projet Dogbrochures.com pour aider les gens à mieux diffuser l'information sur les chiens dans le monde entier.

 

Au cours de cette conférence fascinante, Cristina et Aurélien ont abordé le sujet de la balade avec nos chiens, comment sortir nos chiens pour une belle promenade calme avec beaucoup de reniflements. Et ils ont montré que ça marche!

La première idée était de comparer différents types de promenades du point de vue du pouls. Les chiens peuvent être promenés en laisse courte, en laisse longue ou lâchés. Ils n'incluaient aucun équipement limitant la liberté du chien, tel qu'une laisse de 20 cm.

TPR

Certaines fonctions vitales peuvent être mesurées telles que la température, le pouls et la respiration. L'étude d'Aurélien et Cristina s'est concentrée sur le pouls.

Dans le dictionnaire, le pouls est défini comme la dilatation rythmique d'une artère résultant d'un battement de coeur. Le pouls peut monter pendant une activité ou si l'on ressent une émotion ou du stress. Aurélien a plaisanté: «Je vous parle maintenant et mon cœur s’est emballé! C'est normal; c'est le travail de mon système nerveux sympathique. Mais cela peut diminuer lorsque je me repose et que je me détends pendant la digestion. Ensuite, c'est le travail de mon système nerveux parasympathique.».

Ils ont décidé de se concentrer davantage sur les variations que sur les chiffres, car le pouls normal peut être très différent selon la source. De plus, il est important de rappeler qu’il existe une multitude de pathologies, de maladies et de facteurs exogènes tels que l’humidité et la température qui peuvent influer le pouls.

Protocole d'étude

L’idée principale était de faire des observations sur différents types de promenades et d’enregistrer le pouls du chien. Il a été décidé de filmer les séances et de comparer s’il existait une corrélation entre le pouls du chien et d’autres indicateurs. C'était un protocole très simple: promenades de cinq minutes avec une laisse courte de 1,5 m, avec une laisse de 5 m et en liberté. Les différentes sortes de promenades ont été faites au hasard et une «séance d’échauffement» a été organisée pour permettre à tous les chiens de se familiariser avec l’équipement.

Le contexte

La session s'est déroulée dans des environnements calmes afin de minimiser les distractions telles que les voitures, les vélos et les autres chiens, ainsi que d'autres variables influençant les données. La promenade a été faite dans un nouvel endroit pour chaque chien, car un nouvel endroit signifie stimulation mentale.

Règles

Des règles ont été établies pour que la promenade puisse se faire dans de bonnes conditions pour le chien. Il n'y avait pas de tension sur la laisse; il ne devait y avoir aucune réaction si le chien tirait; le propriétaire devait être détendu; le chien était autorisé à renifler; le propriétaire devait s’arrêter dès que le chien s'arrêtait; la marche se faisait lentement à environ un pas par seconde; personne ne parlait au chien ou n’attirait son attention; et surtout, le chien était autorisé à profiter de la promenade.

Participants

Cinquante chiens ont participé à l'étude. Il y avait toutes sortes de races âgées de 5 mois à 15 ans et des types de chiens très différents. Certains d’entre eux étaient habitués à se promener tous les jours, d’autres jamais; certains sont en liberté chaque jour et d'autres jamais. Il y avait des males et des femelles, allant de Chihuahuas à Cane Corsos.

Équipement

Le harnais choisi était un harnais qui libérait les épaules, avec une laisse de 5 m de long et une courte laisse de 1,5 m. Pour mesurer le pouls, des électrodes ont été attachées au harnais et liées à une application de collecte de données pour smartphone créée par Aurélien. La vidéo a été synchronisée avec les données pour produire des graphiques, ce qui faciliterait la compréhension de la variation du pouls.

De nombreux graphiques différents ont été produits et ils étaient tous différents en fonction du chien et même de la session. Les graphiques étaient colorés de telle sorte que la plage de pouls normale était verte et devenaient orange ou même rouge au fur et à mesure que le pouls augmentait.

Visuellement, c'était fascinant de voir la vidéo et le graphique en dessous, avec un point en mouvement (indiqué par la ligne rouge) montrant l'impulsion synchronisée avec la vidéo en temps réel. Il était clair pour observer ce que le chien faisait pendant que le pouls montait ou descendait.

Pour chaque participant, le pouls minimum, maximum et moyen ont été enregistrés. Le pouls minimum enregistré était de 72 bpm et le pouls maximum de 238 bpm. Il y avait beaucoup de pulsations élevés, mais en réalité cela peut être normal car le chien a été excité à un moment donné par quelque chose, ou peut-être un peu effrayé, mais cela n'a duré que quelques secondes. L'une des raisons pour lesquelles l'accent a été mis sur la variation au sein du pouls plutôt que sur la comparaison de valeurs « de référence" était que la fréquence cardiaque des chiens plus petits peut être plus élevée que celle des chiens plus grands, l’état de santé pouvant jouer également. Alors que le pouls moyen était de 148 battements par minute, un chien avait une moyenne de 223 bpm. On pourrait penser qu’il s’agirait d’un chien qui ne sort jamais et donc aurait pu être surexcité par cette balade, mais ce n’était pas le cas. C'était un chien qui sortait tous les jours. Le propriétaire était plutôt réticent à propos des règles établies pour la promenade; il ne voulait pas marcher lentement, car il se déplace normalement très vite sans s'arrêter. C'était une bonne occasion de l'aider à comprendre à quel point un petit chien comme le sien doit trotter ou même courir pour suivre son rythme à lui. Les graphiques lui ont été très utiles pour comprendre que son chien n’avait pas des balades aussi détendues qu'il le pensait.

Observations

 

Les laisses courtes ont un effet restrictif sur les mouvements des chiens et peuvent les empêcher de communiquer correctement avec leur environnement. Par exemple, ils ne peuvent pas contourner correctement ou ne peuvent pas s’éloigner s’ils ont peur de quelque chose ou sont surpris. Cela peut provoquer une micro-tension et une raideur musculaire. Cela correspond parfaitement à ce dont Julia Robertson a parlé le lendemain (voir la partie II du compte rendu du symposium). Une longe, par contre, permet au chien de bouger plus librement, ou du moins crée un semblant de liberté. Et cela donne plus de choix au chien pour renifler et explorer. En libre, le chien a des choix illimités, une totale liberté de mouvement et peut décider quand il prend des pauses. Cela a été bien illustré par certaines vidéos du même chien en laisse courte, longe et détaché. Entre une laisse courte et une longue laisse, il y avait une différence incroyable. Détaché, le chien passa plus de temps à renifler calmement. C'était le cas de la plupart des chiens au cours de l'étude. La plupart des propriétaires pensaient qu'ils allaient courir partout s'ils étaient lâchés, alors qu'ils ne faisaient que renifler et restaient relativement proches.

Un autre chien a montré des signes évidents de stress et de frustration en laisse courte, avec des halètements et des déplacements en rond fréquents. Sur une longue laisse, le changement a été instantané. Il était plus détendu et, même si il était un peu incertain, il y avait une nette différence. Ils ont compté le nombre de tours qu’il a fait et, sur la courte laisse, il n’y en avait pas moins de 20 avec presque aucune pause. Sur la longue laisse, il n'y en avait que six, soit 70% de moins. Détaché, il a fait cinq tours. Donc, la plus grande différence était entre une laisse courte et une laisse longue.

 

Reniflement

 

Le temps passé par les chiens à sniffer a été compté en fonction des enregistrements vidéo. Un chien en laisse a passé 48 secondes à renifler. Sur une longue laisse, il a passé 114 secondes à renifler et, libre, il a reniflé pendant 125 secondes. Encore une fois, il y a une grande différence entre une laisse courte et une laisse longue.

La comparaison était similaire chez un autre chien. Le temps passé à renifler sur une longue laisse était deux fois et demie plus que une courte laisse.

Chez les chiens stressés, la différence était encore plus marquée. Un chien n'a passé que 10 secondes à renifler sur une courte laisse, et détaché, il a a reniflé sept fois plus. Dans ce cas, la différence sur une longe n'était pas aussi énorme, mais tout de même importante. Pour ce chien, la liberté était clairement beaucoup mieux.

Un autre chien n'a passé que 3 secondes à renifler en laisse courte, ce qui ne représente que 1% des 300 secondes d'une promenade de 5 minutes. Une longe était beaucoup mieux, mais pas suffisante. Cependant, ce chien va beaucoup mieux maintenant et le niveau de stress a diminué.

En prenant en moyenne tous les participants, la liberté est le mieux pour de nombreuses raisons. Par exemple, cela permet beaucoup plus de choix. En outre, cela permet une plus grande liberté de mouvement, dont Martin Fischer a clairement démontré l’importance lors du Dog Symposium de l’année dernière. Cependant, lorsqu'un chien ne peut pas être détaché, une promenade en longe détendue est un bon compromis. Les reniflages se produiront environ trois fois plus qu'en moyenne.

 

Focus sur le pouls

Dans la partie la plus fascinante de la conférence, Cristina et Aurélien ont montré des vidéos de la fréquence cardiaque des chiens lors de promenades. C’était étonnant de voir à quel point le reniflement réduisait le pouls du chien, et ce, même en marchant. Plus l'intensité du reniflement est grande, plus le pouls baisse. Le pouls baisse pendant le reniflement, mais s'il y avait quelque chose de vraiment très intéressant que le chien reniflait profondément et intensément, le pouls s'effondrait. C’est un bon rappel que lorsque nous promenons nos chiens, c’est la promenade de notre chien, pas la nôtre!

 

Comportements et pouls

Excitation et frustration

Renifler diminue le pouls, mais le pouls peut aussi augmenter, ce qui est normal. Il peut augmenter pour des raisons positives et négatives. Un petit chien très excité par quelque chose dans l'herbe a montré que le pouls montait, bien que ce fût une expérience amusante pour le chien. Un chien a été très excité quand il a vu un petit ruisseau au bord de la route, car il aime l’eau.

Rouler sur le sol a diminué le pouls. L’audience a demandé si le moniteur placé sur le dos du chien aurait pu affecter le résultat. Cependant, ce n'était pas toujours au même endroit.

Les étirements sont très importants pour réduire le pouls.

Mâcher de l’herbe avait un effet très calmant sur tous les chiens. C'était incroyable de voir à quel point cela avait un effet sur la fréquence cardiaque. Un propriétaire se demandait si elle devait laisser son chien manger de l'herbe. Lorsqu'ils lui ont montré ce qu'il advient du pouls, elle a été convaincue. En fait, c’était le petit chien au rythme cardiaque inquiétant et il en tirait un grand bénéfice. Le pouls diminuait même lorsque le chien marchait.

Gratter le sol

Gratter le sol était une découverte fascinante à laquelle peu de gens pensent. Après avoir fait pipi ou caca, à chaque fois qu'un chien grattait le sol, le pouls montait. Cela semble avoir un effet très excitant. Quand Aurélien et Cristina ont fait leurs pré-tests sur leur chienne Cane Corso, ils étaient dans la forêt et à un moment ils ont été surpris par un vélo. Quand ils sont arrivés à la maison et ont regardé le graphique, ils ont vu un pic élevé et net et étaient sûrs que c'était dû au vélo. Cependant, quand ils ont comparé cela à la vidéo, ils ont vu que le pic était survenu lorsque le chien grattait le sol après avoir fait ses besoins, et pas du tout par rapport au vélo.

Une autre série de clips vidéo montre l’augmentation du pouls par rapport au nombre de grattages, indiquée par une empreinte de patte. Plus le nombre de grattage était élevé, plus la fréquence cardiaque augmentait.

Qui a plus d'effet sur le chien - les facteurs émotionnels ou physiques?

Bien que l’on sache que l’exercice physique augmente le rythme cardiaque, les émotions du chien semblent avoir un impact plus important. Une vidéo d'un chien courant très vite montre que la courbe des impulsions reste relativement plate. Dans une autre vidéo, un chien a été visiblement surpris par quelque chose et le pouls a augmenté, mais au moment où le chien a fuit, le pouls est redescendu subitement.

Se secouer était très efficace pour le chien aussi, et c'était l'un des comportements qu'ils voyaient le plus souvent. Lorsque le pouls augmenta à cause de quelque chose d'intéressant ou légèrement effrayant pour le chien, dès qu'il se secoue, le pouls retombe immédiatement. Se secouer semble donc avoir un effet auto-apaisant.

Un tableau a été créé avec les résultats de tous les « secouages » observés, soit un total de 144, pour voir si cela se produisait davantage en laisse ou non. Il n'y avait pas de différence notable. Ils ont également mesuré combien de temps cela a duré, et en moyenne  c'était environ deux secondes. Cependant, il a toujours eu une diminution du pouls, jusqu'à 36%. La diminution moyenne du pouls était de 10%. Quatre-vingt pour cent des chiens se sont secoués au cours de l'enregistrement de 15 minutes, mais avant, pendant ou après l'enregistrement, presque tous les chiens l'ont fait.

La promenade quotidienne

La deuxième partie de l'étude s’est penché sur les balades quotidiennes qui ne se réalisent pas toujours dans des conditions idéales. Ils se sont donc rendus chez les participants et les ont suivis durant leur promenade quotidienne. Le but n'était pas de montrer ce qu’il ne faut pas faire avec son chien. Au lieu de cela, ils ont choisi de donner aux propriétaires des conseils sur la façon dont ils peuvent faire face à leurs situations quotidiennes et sur la façon de réagir si quelque chose se passait. C'était aussi l'occasion d'analyser l'impact du comportement humain sur le chien. Les vidéos montrent donc le pouls du chien et celui du propriétaire.

Un étranger se penchant sur le chien a provoqué une forte augmentation du pouls du chien. Dès que la personne s'est arrêtée, le pouls s'est normalisé. Une viéo a montré ce qui se passe  lorsqu’on contourne un chien ou non. Un chien vivant à Paris croisait deux personnes qui venaient vers lui sur le trottoir. Le pouls augmentait à mesure que la première personne approchait, mais dès qu'elle était passée, le pouls redescendait. Quand une autre personne s’approchait du chien, le pouls s’est à nouveau accéléré, mais cette fois-ci, la personne a quitté le trottoir pour traverser la rue et le pouls du chien a diminué.

Cela confirme le travail effectué par Agnes Vaelidalo au cours des dernières années, qui montre l’effet marqué du contournement sur le pouls du chien.

Pour l’humain, marcher dans la rue n'avait aucun effet sur le rythme cardiaque, mais pour le chien, c'était clairement une aventure.

Dans une autre vidéo, le pouls du chien était sur une montagne russe alors que le taux du propriétaire restait inchangé. Lorsque le chien, qui réagit à d'autres chiens, a repéré un autre chien, l’augmentation du pouls a été déclenchée à la seconde où il l'a vu. Si le propriétaire pensait faire quelque chose à ce sujet, il était déjà trop tard; le pouls du chien avait augmenté. Cependant, ce qu’on ne peut faire c’est ne pas aggraver les choses. Il est préférable de ne pas réagir et de sortir le chien de la situation. Sur le chemin du retour, ils ont dû passer devant une maison avec un chien auquel leur chien réagit normalement. Ils n’avaient pas d’autre choix que de suivre cette voie, alors Cristina a suggéré de tenir la laisse et que le propriétaire se positionne en « barrière » entre son chien et le chien dans son jardin et utilise le signe de la main. La propriétaire était un peu maladroite avec son signe de la main au départ, néanmoins, grâce à cela et au contournement, le pouls du chien a pu rechuter de façon instantanée.

Une dernière vidéo a montré un chien qui gère assez bien tout ce qui peut arriver dans la rue: des chiens qui aboient, des gens qui passent, des chats, peu importe. Le pouls est resté dans la zone verte, mais a augmenté à deux reprises. Pour quelle raison? Le premier est le fait de gratter le sol après un pipi, tout comme le second.

En conclusion, nous devrions fournir à nos chiens les meilleures conditions pour une belle promenade, tenus en longe si la liberté n’est pas possible. Nous devrions marcher lentement et attendre notre chien quand il s'arrête. Nous devrions le laisser profiter de sa promenade et faire ce qu'il doit faire: renifler, manger de l'herbe, mâcher quelque chose, se rouler par terre ou le secouer. Tout cela a un but et tout cela est pour le bien-être de notre chien.

Merci Cristina et Aurélien pour cette conférence fascinante et révélateur!